Les Artistes qui font SPES

15 images

Ils ont participé en première partie #PremièrePartieSPES :

8 Décembre 2015 : FRATOUN (Les Guetteurs)

fratoun

Fratoun

Puissant dans les racines de leurs talentueux aînés (Bob Marley, Groundation, Steel Pulse, Spear Hit), les Guetteurs semblent réconcilier le reggae français et la mystique. Issus des quatre coins d’ Île de France et emmenés par leur charismatique et jeune chanteur Fratoun (20 ans), ils sont l’emblème d’une génération qui guette une aube nouvelle : celle de la justice et du bien, celle de la civilisation de l’Amour.

Rapidement invités à partager la scène de plusieurs artistes internationaux : Paddy Kelly (Kelly Family), Rona Hartner, ou encore Christafari, ils participent en 2013 au tremplin de musiques actuelles de la ville de Versailles : « Les vendredis du Rock » et se qualifient en finale.

Ils sillonnent ensuite les festivals en France avec un groove et une sincérité qui ne laissent personne indifférent. Leur premier album parait au mois d’avril 2014 chez Rejoyce Musique et s’intitule « Guerriers pacifiques ». Après avoir rempli La Boule Noire (Paris) en décembre 2014, ils sont nominés aux Victoires du Reggae 2015 dans la catégorie « Révélation Française ».

En octobre 2015, ils remportent l’Angel Music Award de la révélation de l’année. Leur dernier album « Tatoué » vient de sortir il y a quelques semaines et remporte déjà un franc succès. En avril 2017, le groupe remplit la scène du « Nouveau Casino » de Paris, un concert qui restera dans les annales de la musique chrétienne !

12 Janvier 2016 : Vinz le Mariachi

7 mars 2017 (Marseille) Vinz

« Avancez votre langue sur le palais en une consonne chuintante, suivie d’une jolie labiale: prononcer Cho- co- la- tli , chocolat en nahuatl, la langue de mes ancêtres Aztèques. Il fait référence à ma couleur de peau, mon héritage et mon métissage… et puis j’ai toujours entendu dire: « on adore que Dieu et le chocolat »… En mêlant ma louange aux rythmes exotiques de mon pays d’origine j’ai l’impression de suivre une intuition musicale légitime et personnelle.
Mes chansons retracent ces instants où l’on s’adresse à Dieu: Par moments ce sont des torrents d’admiration devant sa création, à d’autres on a besoin de son soutien, de sa main ferme et de sa grande miséricorde. Et parfois on ne parle plus à Dieu, mais DE Dieu, avec enthousiasme, comme on décrit les qualités d’un ami parfait. J’ai ressenti comme une nécessité, d’exprimer à tous, et en musique, la joie que me procure ma foi. »

Vinz le Mariachi est un artiste chrétien aux multiples facettes. Tantôt batteur, tantôt chanteur et joueur du viguela. Vincent, de son vrai nom est également un musicien engagé. Ambassadeur de la culture mexicaine, il multiplie les déplacements en Irak pour chanter auprès des plus démunis. Aujourd’hui, le batteur que nous connaissons tous, décide de passer derrière le micro et réalise son premier album solo en collaboration avec Samuel Olivier, réalisateur et chanteur du Collectif Cieux Ouverts.

Son premier album “Dieu et le Chocolat” est sorti le 17 mai ! Vous pouvez le commander en suivant ce llien : Album Xocolatli

9 Févier 2016 : Samuel Olivier du Collectif Cieux Ouverts

024_SPES_160209_2018_DSC_7253

Après un premier album « Eveille-toi mon âme » qui a connu un très beau succès, le Collectif Cieux Ouverts revient sur le devant de la scène avec un nouveau projet. Ce nouvel album a été enregistré en live en novembre dernier dans la salle « La Flèche d’Or » à Paris au cours de deux soirées exceptionnelles devant 500 personnes !

Le Collectif mené par Samuel Olivier et Eliza Valbon à l’origine des albums « Embrase nos coeurs » propose une dizaine de nouveaux chants de louange dynamique qui vous permettront de vivre des moments forts de rencontre avec la présence de Dieu.
Ce collectif regroupe des musiciens, des chanteurs, des conducteurs de louange, des ministères prophétiques, des artistes visuels et sonores, des danseurs, désirant vivre des moments forts de rencontre avec la présence de Dieu.

8 Mars 2016 : Kodjo

Kodjo

Kodjo

« La vie est une aventure, ose-la », disait Mère Teresa. Cette phrase fait écho à ce que vit Kodjo.

Né en 1978 à Kinshasa (la plus grande ville francophone au monde) au Congo, il grandit en étant bercé par la musique africaine. Arrivé en France à l’âge de 10 ans, il découvre une nouvelle culture, un nouveau pays mais au fond, il se rend compte que les gens sont les mêmes partout comme le chante si bien Paul McCartney et Stevie Wonder dans « Ebony and Ivory » : « People are the same where ever you go ».

À 15 ans, il découvre le rap, un passe-temps puis une passion qui le conduit à se produire sur scène, sur mixtapes (DJ Cut Killer) et à auto-produire deux maxi CD (dont le titre Mwana Mayi) en compagnie de Gilles et Greg (ses compositeurs), et avec l’aide de Bastian, Steve Augustin, Olivier, Jackson, Martial…
Suite à ça, il fait ses premiers pas en passant à la radio « Generations 88.2 », « Africa N°1 » et à la télé dont la fameuse émission « Hit Machine » ou encore « Trace TV ».
Cela lui permet de côtoyer les professionnels de la musique, dont la rencontre la plus marquante fut celle avec DJ Fun.

À l’époque, il se cherche encore, ignorant qu’il a des choses à découvrir sur lui, sur la vie et le Bon Dieu. En quête de sens à la vie et d’amour, il s’intéresse aux religions avant de finir dans les bras du Christ.
Des bourrasques s’abattent alors dans sa vie, des tempêtes auxquelles il a survécu grâce à l’amour qu’il a trouvé en Dieu et en ses proches.
Tout s’est fait nouveau dans sa façon de voir la vie et le monde. Il en témoigne à travers sa musique aux sonorités gospel, soul, rap, afro et le public semble apprécier.

Sur sa route, des gens lui tendent la main tels que : Holywins, le festival Anuncio, Christelle Colas, Père Paul Valentin, Georges Merza, Rachel Montbrun, Emmanuel Zanutta, Tony-Coasterrider, Nono, Steven Gunnel, Augustin Ledieu, Johanna, Deklic, Nicolas Palmaert, Dodo, Welldone, Pierre Chausse, Philipe Martias, Fonf, Gilles Tidas (toujours), Vinz le Marriachi, Matthieu Conzon, Hélène Dubrez, Rona Hartner, Victoria Picone, Lucie Gerber, Creacio, Fractha, Télé Sud, KTO, Radio Notre Dame, Phil Pambou, Big Tony, One Luve FM, Olivier Guilbert, Serge Fattoh, Sud Première et son ami Grégory Turpin, qui l’aide à produire son premier album « Un Miracle » chez Ultreïa / Première Partie.

Il chante partout où on l’invite : les établissements scolaires, dans la rue, Fête de la Ville de Villiers-le-Bel, Fête de la Musique, en prison, festivals, Notre-Dame de Paris, Sacré-Coeur, Paray-le-Monial, Notre-Dame du Laus et à l’Olympia en première partie de Grégory Turpin.
La chanson éponyme de son album « Un Miracle » se retrouve dans la compilation des « Angels Music Awards ».

Accompagné d’un poste radio, d’une bande-son, d’un guitariste, d’un DJ ou de musiciens, le miracle peut se prolonger aujourd’hui en l’invitant à venir partager avec vous ce qui le fait vivre.

10 mai 2016 : Andrée Grise

10 mai 2016 Andrée Grise

Andrée Grise

Andrée Grise est une artiste qui a la foi : la foi en la vie, la foi en la joie, la foi en l’amour, la foi en son Seigneur qu’elle loue au travers de ses chansons gospel.

Artiste évoluant dans le milieu du gospel depuis une quinzaine d’année au sein de plusieurs chorales, Andrée Grise s’est lancée sérieusement en solo il y a 3 ans.

Patiemment, aidée de sa guitare, elle a développé un répertoire gospel, constitué de ses propres compositions en français et de gospel traditionnels américains réarrangés. Elle a développé l’univers de son premier projet solo, un gospel en acoustique, qui puise toute son originalité dans cette douce louange en français et en anglais, soutenue par des arrangements musicaux très épurés, drivés par une guitare acoustique, flirtant presque parfois avec la folk, accompagné de percus et d’une contre-basse

13 septembre 2016 : Stéphanie Lefebvre

13 septembre 2016 Stéphanie Lefebvre

Stéphanie Lefebvre

Un mercredi soir de carême en 2007, lors d’une veillée de prière à la cathédrale de Senlis, Stéphanie Lefebvre rencontre le diacre, qui l’accueille et l’écoute. Elle vient de perdre son contrat de disque chez Sonymusic, souhaite procéder à une demande de nullité de mariage religieux, et sa mère est atteinte d’une grave maladie. Ténèbres ! C’est le début d’une conversion spirituelle.

Stéphanie participe au parcours Alpha et commence à animer la louange et la liturgie à la cathédrale. Fan de Barbara, Michel Berger, forgée par 15 ans de piano bars et l’expérience de la scène et des plateaux de radio et TV à l’occasion de la sortie de son premier disque « Regards de femme » sous le pseudo Lauren Faure (Epic, Sonymusic), elle découvre un univers musical totalement inconnu et nouveau, allant des polyphonies du Père André Gouzes aux chants des communautés nouvelles, aux refrains de Taizé, et aux chants de louange anglo-saxons.

Un an plus tard, dans cette même cathédrale, où elle se sent comme chez elle, elle reçoit le sacrement de la communion, lors de la Vigile Pascale, puis celui de la confirmation. Sa mère décède le lundi de Pâques, des suites de sa maladie, après avoir vécu un chemin de conversion. Lumière !

Stéphanie décide de se former à la musicothérapie, qui vient redonner sens et souffle à sa vocation de musicienne, et commence à exercer dans le milieu du soin auprès des personnes très âgées, désorientées et des bébés nés prématurés. Elle y retrouve les valeurs qui l’animent : le souci de l’autre et de la relation, l’attention à la personne souffrante, et surtout, une portée de la musique qui nous dépasse.

L’écriture n’en demeure pas moins pas une nécessité brûlante. L’année 2010 voit la sortie de « Sans compter », son deuxième album de chanson française qu’elle auto-produit grâce au soutien de la communauté paroissiale. Cette réalisation l’édifie. Enregistré piano-voix violoncelle, la qualité de l’album est saluée par le public et la presse.

La communauté de Senlis loue à pleine voix. Derrière son clavier, elle en est à la fois le témoin et l’acteur. Son désir d’unifier son parcours d’artiste à son chemin de foi l’anime alors d’un feu grandissant. Pour elle, n’est-il pas venu le temps de chanter Dieu ?

Sa participation au « forum leadership Alpha », en décembre 2013, où elle découvre qu’on peut être « pro et catho », les encouragements fidèles du Père Stéphan Janssens, le curé de la paroisse St Rieul, la dynamique missionnaire du diocèse de l’Oise, sa lecture de l’encyclique du Pape François « La joie de l’évangile » font tomber ses dernières résistances.

En 2014, Stéphanie écrit et compose les titres d’« Aimer » et reprend son nom de naissance et baptême, car« C’est toi qui as créé mes reins, qui m’as tissé dans le sein de ma mère » dit le psalmiste. Après une campagne menée pour réunir les fonds, l’enregistrement se déroule en Angleterre, aux studios Real World, créés par Peter Gabriel, en juillet 2015, dans la magnifique « Wood Room » ! Le rêve de tous les musiciens !

Son expérience dans le milieu du soin associée à celle de la louange, ont creusé en Stéphanie une conscience toute particulière de la puissance de l’alliance de la musique et du Verbe, à l’origine de son désir, aujourd’hui, de rejoindre tous ceux qui participent à la diffusion et proclamation du message de Vie.